Membre d’honneur des AVV

a

Monsieur Sylvain Meyer, membre d’honneur de notre association. C’est une première pour l’association : lors de la traditionnelle assemblée générale de janvier, les membres du bureau ont déclaré Monsieur Sylvain Meyer membre d’honneur des Amis du Vieux Velleron.

2_Remise_certificat Pour l’occasion, un certificat a été remis à ce monsieur, figure marquante du village pour les plus anciens ; et pourtant, ses engagements de toujours restent ignorés de certains. Issu d’une vieille famille Velleronnaise, Sylvain Meyer a passé toute sa vie à Velleron ; cultivateur comme son père, il a mené une vie de dur labeur à la ferme familiale, la Pouyaque, avec son épouse Estelle. Homme de conviction et d’action, Sylvain s’est engagé très tôt pour défendre sa patrie durant l’occupation de la Seconde Guerre mondiale.

Depuis longtemps déjà, l’association caressait le projet d’une rencontre entre Monsieur Meyer et les Velleronnais. C’est finalement en mars 2014 qu’eut lieu la conférence débat : entouré de ses compagnons de l’ANACR du musée de la Résistance de Pernes où il est très actif, Monsieur Meyer a, pour la première fois dans son village, livré ses souvenirs de résistant, alors qu’il n’était âgé que d’une vingtaine d’années. Avec ses mots empreints de lucidité et de modestie, il a expliqué son engagement de4_Sylvain_aux_chantiers jeune patriote passé au maquis sous le nom de « Commandant Gervais », ses actions de sabotage avec ses compagnons de lutte tout en insistant sur l’inexpérience et l’inconscience de cette jeunesse que rien n’arrêtait dans sa farouche lutte pour libérer sa patrie. Il a aussi martelé son refus de la violence, avec un poème qui lui est cher et qu’il connaît par cœur : « Il ne faut plus jamais » ce poème de Maurice Rostand que lui avait appris sa tante Marguerite et qui l’avait marqué. La famille de Sylvain avait payé un lourd tribut durant la première guerre mondiale puisqu’il avait perdu des oncles. Puis, à la fin de la seconde guerre deux de ses cousins ont été fusillés à la ferme de Barbarenque en 1944.

Cette conférence sur la Résistance les maquis du Vaucluse fut un grand moment et la salle de la Garance était manifestement trop petite pour accueillir tous ceux qui auraient aimé y assister. A cette occasion, une double exposition sur la Résistance en Vaucluse et la Déportation se tenait au château de Cambis. A la suite de cet événement exceptionnel, les Amis du Vieux Velleron ont alors décidé de réaliser un petit ouvrage destiné à Sylvain et sa famille, mais, face à la demande générale, le livre a été édité pour la vente et à ce jour environ 300 exemplaires ont été achetés.

Nous avions déjà rencontré Sylvain en 2013 lors de la 6_Huit_pompiers_il_y_a_40_anspréparation de notre exposition sur l’histoire de la création du Corps des Sapeurs pompiers de Velleron. Car Sylvain a fait partie d’une équipe de volontaires bénévoles qui, profitant de l’esprit de solidité renforcé par les épreuves de la guerre, ont œuvré pour que soit créé dans le village un corps officiel, lequel a effectivement été validé en décembre 1951. Sylvain garde un lien fort avec la « famille des pompiers » qui ont tous un grand respect pour lui.

A 94 ans, Monsieur Sylvain Meyer conserve son caractère bien trempé et continue inlassablement à défendre ses convictions pacifiques avec toujours le même discernement sur les événements passés et présents ; il intervient lors de manifestations commémoratives, également dans les établissements scolaires. Et les jeunes, sensibles aux paroles de ce vieux monsieur, lui laissent d’émouvants messages. Quelle meilleure façon d’exprimer la considération des Velleronnais pour ce monsieur, attaché à ses valeurs et à son village, où il a toujours mené une existence de labeur et de dignité, que de le nommer membre d’honneur ? Bien sûr, Sylvain fuit les honneurs, et notre démarche l’a peut-être à priori un peu gêné ; il a néanmoins accepté avec plaisir car les liens entre lui et les AVV sont faits de respect mutuel et dela_balance_don_de_M_MeyerP1040953 conviction qu’il ne faut pas perdre la mémoire des événements, des gens. C’est d’ailleurs à cet effet qu’il a fait don à l’association d’une balance vieille de plus d’un siècle : celle qui servait à peser le pain dans la 8_PH_CM_boulangerie_Maurizot_CRboulangerie Maurizot, là où un membre de sa famille a travaillé au début du XXème siècle avant de périr à la guerre 14-18. Toute l’assistance a compris que cette donation était importante pour Monsieur Meyer et que l’association, dans son rôle de passeur de mémoire, la recevait avec honneur. A peine commencée, l’année 2016 nous a déjà réservé un beau moment qui figurera parmi les meilleurs souvenirs.

                                  M-C.B

3DSCN91701

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :