Café Mémoire « Histoires & légendes des pêcheurs et braconniers de la Sorgue »

 Vendredi 2 Juin 2017

 » Histoires et Légendes des pêcheurs et des braconniers de la Sorgue  » par Jean Ronze

Le sujet avait été retenu de longue date, mais il avait fallu du temps pour collationner les nombreux et précieux documents témoins de cette vie « d’avant » sur notre Sorgue. Ensuite un long travail minutieux fut indispensable pour les rassembler dans un superbe diaporama, dans lequel beaucoup retrouvèrent, avec émotion, une période pleine de souvenirs de cette vie de pêcheurs.

La salle, ce soir-là, accueillit un public nombreux de connaisseurs, (71 plateaux repas furent réservés) et une quinzaine d’auditeurs vinrent après le repas pour entendre le conférencier, célèbre pêcheur parmi les pêcheurs….

Dès 19h30, les portes du Vieil Hôpital s’ouvrirent sur une superbe et riche exposition, composée de matériel et documents officiels du temps passé. La salle captivée, découvrait … apprenait … se rappelait … acquiesçant parfois à travers de rapides petits rires, sa complète immersion dans ce temps et ces coutumes d’avant …

Mais que se passait-il au fil de l’eau de la Sorgue ?

La Sorgue constitue un patrimoine aquatique fabuleux tant pour les riverains, les pêcheurs amateurs que les promeneurs qui apprécient les eaux fraîches et limpides d’un cours d’eau jamais à sec durant la période estivale. Les Chevaliers de l’Onde défendent avec ardeur cette rivière aussi magique que fragile. Sans doute n’est-il pas nécessaire de rappeler que Jean Ronze en est le président. Mais ce vendredi 2 juin, c’est en tant que conférencier qu’il s’apprêtait à parler de la Sorgue dans le rôle économique qu’elle a joué dans le passé. Alain Caulet, notre président administratif, s’est chargé de présenter, avec l’humour qu’on lui connaît bien, les multiples facettes des connaissances de Jean.

Une cité de pêcheurs

La Sorgue est intimement liée à l’histoire de L’Isle-sur-la-Sorgue. Au départ simple petite bourgade de pêcheurs au milieu des marécages, la cité a pris le nom de Insula au Moyen Âge après de longs travaux d’assèchement et constructions de ponts. La rivière a donné du travail à ses 12 habitants, tant par ses eaux poissonneuses que la force motrice permettant l’installation de l’artisanat.

Jean Ronze a rappelé les grands moments qui ont marqué l’histoire de la ville. En 1237, le comte de Toulouse Raymond VII reconnaît et confirme officiellement dans une charte un formidable privilège datant des temps immémoriaux : l’exclusivité, pour les habitants de la cité, du droit de pêche sur toute la rivière de Fontaine au Rhône. Cette activité a fait vivre de nombreuses familles durant des siècles, car le privilège, maintenu quand le Comtat passe sous la tutelle papale en 1274, ne disparaîtra qu’à la Révolution. La pêche a contribué à la prospérité de toute la cité devenue la principale ville du Comtat. Pourtant, les pêcheurs se sont heurtés à des seigneurs locaux qui contestaient leurs droits, et surtout à une réglementation qui fixa des obligations de plus en plus contraignantes concernant le commerce de leur pêche : priorité à l’approvisionnement des tables des autorités locales et à la vente aux habitants de la cité avant de disposer à sa guise du surplus. Certains n’ont pas hésité à contourner les restrictions pour mieux profiter de leur gagne pain : le braconnage en était donc à ses débuts.

En 1593, afin d’être plus forts face aux seigneurs et aux vicissitudes de la vie, les pêcheurs ont créé la première confrérie : les pêcheurs de Notre Dame de Sorguette. Jusqu’au XIXème siècle, l’abondance du poisson a fait le bonheur des auberges qui servaient à leurs tables les truites, les anguilles et les écrevisses de la Sorgue. Et puis est arrivé le temps de la crise: l’interdiction de l’usage de certains outils en raison de la surpêche, la disparition des écrevisses, la pollution de la Sorgue par les usines déversant des substances nocives… Tout cela réduisit à la misère les pêcheurs et leurs familles. Il fallait trouver des moyens de survivre. Alors, le braconnage s’est inévitablement développé…

Le braconnage : un moment très attendu de la conférence.

Ah ! les braconniers ! A L’Isle, Velleron, Le Thor, Entraigues… ces personnages truculents, futés et habiles, ont marqué la mémoire collective. C’était l’époque où les bords de Sorgue étaient très fréquentés la nuit. Ils y venaient discrètement placer leurs engins et les retiraient avant le lever du jour. Certains chanceux possédaient un petit cabanon au bord de l’eau où ils passaient le plus clair de leur temps.

Véritables figures locales, ils laissent un souvenir étonnamment ému et amusé, et les anciens se remémorent encore leurs exploits qui faisaient passer au second plan l’illégalité de leurs actes. Car, s’ils étaient parfois appelés « bandits », c’était dans une acception bienveillante : ils n’étaient en rien des malfaiteurs ; ce n’est que pour vivre qu’ils bravaient les interdits. Et s’ils enfreignaient les règles, ils pratiquaient néanmoins un certain code d’honneur, et ne furent en tout cas jamais destructeurs de la rivière. D’ailleurs, l’indulgence prenait une forme d’acceptation complice. S’il arrivait aux gardes de s’approcher des cabanons, ils se voyaient offrir le pastis qui sentait bon la réglisse et les herbes et feignaient de ne pas remarquer les peaux ou le matériel accrochés aux murs. La nuit, les gendarmes qui croisaient des promeneurs, la canne sur l’épaule, recevaient une belle paire d’anguilles… comme droit de passage. Sur les tables de Fontaine, personne ne s’offusquait de voir qu’on servait le poisson frais même en période de fermeture de la pêche…

Ils étaient nombreux à avoir un sobriquet qu’il n’est pas rare de retrouver sur les pierres tombales: Ninan, la Caille, Ganelon, Buissonnet, la Quille, Carbure, Colibri, la Fouine …Des anecdotes amusantes ont été relatées, souvent à la gloire de leurs astuces. Mais on ne se joue par toujours impunément des gardes, et nos héros étaient parfois victimes de leurs propres tromperies. Si par malchance ils avaient affaire à la justice, ils n’étaient pas démunis d’arguments, et au final les juges s’excusaient presque de les avoir convoqués…

Vraiment, ils sont dignes des personnages de romans et ils méritent qu’on ne les oublie pas !

Gaston Imbert dit « Gastounet » a reçu la fichouire d’or, distinction suprême pour un pêcheur bienfaiteur de la Sorgue et, une passerelle portant son nom l’a hissé au rang de figure locale. A L’Isle comme sur tout le cours de la Sorgue, le braconnage s’était un peu érigé en art de vivre…

Les techniques de pêche d’autrefois.

La nostalgie de ce temps passé a fait son chemin : en 1977, à l’initiative du président de pêche de l’époque Jean-Louis Borel, une nouvelle confrérie des pêcheurs est née : les pescaire lilen. Ces passeurs de mémoire veulent faire connaître les gestes et techniques de pêche du passé. Chaque année en juillet, au cours de la « pêche d’antan », ils font une belle démonstration de l’utilisation des outils prohibés, sortis des greniers pour l’occasion :

l’épervier, filet circulaire plombé sur tout le pourtour,

le fagot pour les écrevisses (on plaçait une tête d’agneau dans un fagot de sarments de vigne)

– l’aragnol, sorte de cage avec une armature en fer, recouverte avec un filet que l’on posait rapidement sur un herbier de manière à emprisonner le poisson.

l’araignée : filet de 12 mètres de long et de 1,50 m de hauteur placé dans le lit de la Sorgue dans le sens du courant, à la tombée de la nuit.

– Le trident à 7 branches  (aussi appelé fichouiro), l’emblème des pêcheurs.

les nasses, le rabastou, le bouchon, les bouteilles à vairons…

Il faut une belle dextérité aussi bien pour manier ces engins que pour pêcher à la main, en fouillant délicatement dans les eaux herbeuses.

Le nego chin

Pour clore la conférence, Jean a donné la parole à un invité d’honneur, un véritable passionné : Alain Pretot le fabricant de nego chin bien connu des L’Islois, qui a expliqué les spécificités de ce bateau dont on ne connaît pas l’époque de son apparition. D’une longueur de 5 mètres, léger, à fond plat, il doit glisser silencieusement sur l’eau pour ne pas effrayer le poisson. Son appellation singulière (littéralement : noie chien) qui fait référence au caractère peu stable de l’embarcation, viendrait sans doute d’un mot employé sur les chantiers navals méditerranéens pour signifier qu’un bateau tenait mal. C’est désormais une barque de loisirs emblématique de L’Isle, mais elle n’est pas à la portée de tous : il faut être un peu funambule pour la conduire et l’habileté du rameur cache la difficulté de la manœuvre. Profiter d’un tel plaisir se mérite : heureux homme que le propriétaire d’un nego chin qui peut librement sillonner la Sorgue et s’aventurer ses les lieux sauvages et fabuleux… L’assistance a goûté avec plaisir cette jolie manière de remonter le temps au fil de la Sorgue, émue de découvrir ou de revoir des scènes du passé, des visages disparus. Un très beau livre de Jo Moretti et les pêcheurs Lilen évoque ce temps passé : « Riverains du sec et de l’humide ». Les AVV remercient Jo qui nous a confié ses clichés anciens, ainsi que Roger Neukens qui nous a laissé le libre usage de ses photos de la pêche d’antan pour notre diaporama.

Qui ce soir-là, se soucia du temps qui filait ?

Les applaudissements répétés montrèrent à quel point cette soirée fut appréciée de tous. Alors que les rangements habituels s’effectuaient dans un ballet bien rodé, Jean, Alias le conférencier d’un soir, avait bien du mal à se séparer des passionnés…

Il lui fallait maintenant se tourner vers une autre date importante dans son calendrier : le samedi 10 juin, la grande Journée du nettoyage de la Sorgue sur les 16 communes qu’elle traverse. Toute une organisation pour la réussite de cette journée au chevet de la rivière…Rappelons, qu’avant la grande parenthèse estivale, le prochain rendez- vous se fera autour du pique-nique annuel de l’association, le dimanche 25 juin 2017 à midi en bord de Sorgue à la Maison Départementale de la Pêche, plus connue sous le nom de « Mestouffi ».

A bientôt !        (MK-MC.B)

                                                                                                                                      

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :