Roussillon


ROUSSILLON

Une terre à jamais colorée

Techniquement parlant, ce sont des oxydes mélangés à de l´argile, du sable ou de la terre, qui s´étirent en des veines sinueuses, s´exposant à la vue dans les collines de Roussillon ou s´enfonçant sous terre autour d´Apt (où on allait les chercher par d´interminables galeries). D´autres manifestations d´érubescences de même genre se retrouvent dans le célèbre Colorado de Rustrel et dans les carrières de Bédoin.

L´origine des ocres est cependant expliquée avec beaucoup plus d´imagination par quelques légendes – pratiquement chaque famille a la sienne – Voici celle qui repose sur une anecdote tout à fait historique  et la plus fréquemment racontée :

Au moyen âge, Dame Sermonde, lasse d’un mari absent, fut-il le seigneur Raymond d’Avignon, s’éprit un jour de Guillaume de Cabestan, apprenti chevalier.

Honneur bafoué, Raymond en oublia les règles élémentaires de l’amour courtois et après avoir occis son rival, servit le cœur de celui-ci à la belle avant de lui révéler l’affaire.

Jurant qu’après un si bon repas, elle ne voudrait plus jamais en goûter un autre, Dame Sermonde se jeta du haut des falaises de Roussillon, teintant à jamais cette terre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :